← Toutes les actualités

Nos formations “FLE” vues par nos formateurs

dossier thématique

Déployé dans tous nos centres de Nouvelle-Aquitaine, le « parcours 2 » du dispositif HSP Socle s’adresse à des publics d’origine étrangère, résidant sur notre territoire et ayant été scolarisés ou non dans leur pays d’origine.

L’objectif est d’accompagner ces personnes dans leur intégration et de favoriser leur insertion professionnelle grâce à un apprentissage contextualisé et non théorique de la Langue, comme nous l’explique C. Duval, formatrice de Parentis-en-Born.

« Porteurs de connaissances, compétences et expériences professionnelles à l’entrée en stage, les stagiaires ont pu bénéficier d’apprentissages contextualisés et non d’une approche purement théorique. En effet, connaitre l’imparfait du subjonctif ne sera pas d’une grande utilité pour faire vos courses, vous inscrire à Pôle Emploi ou retirer de l’argent dans un guichet automatique. Il s’agit d’apprendre la langue dans un contexte d’interactions liées à la vie quotidienne. »

Le collectif comme clef de voûte des apprentissages

Pour C. Duval, « Les différentes nationalités représentées ont défini le socle et la richesse du groupe. La diversité des cultures a permis une ouverture, une tolérance et une solidarité au sein du groupe. Ils ont acquis, avant toute chose, une confiance puis une assurance leur permettant de s’exprimer oralement et de mieux appréhender leur vie quotidienne. Une stagiaire évoquant un jour sa joie d’avoir réussi à commander une pizza !! 4 fromages qui plus est !! »

C’est pourquoi le projet collectif a toute sa place nous explique Véronique Padrino, Formatrice sur Biganos. « Il permet bien sûr de fédérer le groupe autour d’un objectif commun, mais également d’échanger en français par une interaction moins formelle que dans une séance classique en favorisant des échanges plus libres, moins dirigés pédagogiquement parlant. Il permet aussi dans la « classe » de FLE de mieux s’approprier les espaces de travail par une liberté de mouvement et par les outils mis à leur disposition. Ils se sentent actifs et porteurs du projet. Le/la formateur.trice doit savoir aussi « s’éclipser » à des moments choisis afin de les laisser prendre en charge certaines étapes, de favoriser les prises d’initiative ce qui les amène à échanger plus librement. On peut nommer un.e coordinateur(trice) qui « prend le relais »  dans ces moments. »

Le « Projet co » , un outil pour raviver la confiance en soi et faire émerger des aptitudes

3 de nos établissements vous font partager leur projet collectif et leur retour de terrain !

Biganos (33)

« Pour le journal, j’avais expliqué en présentant ce projet qu’il serait leur journal, qu’il devait être le reflet de ce qu’ils sont en tant qu’individu, mais aussi en tant que qroupe […] Ils ont d’abord été effrayés […] »

Lire la suite

Parentis-en-Born (40)

« Lors des 5 séances consacrées à la mise en forme du projet, les stagiaires ont pu constater leurs progrès en Français dans l’utilisation des outils numériques. Et oui ! Ne faites pas revenir les oignons dans le poil ! »

Lire la suite

Rochefort (17)

« Les permanences dédiées à ce projet se sont déroulées dans une très bonne ambiance […] Certains apprenants du groupe ont montré des aptitudes à transmettre sans faire à la place de l’autre. »

Lire la suite